04 février 2007

Un souffle de vie

L'aspiration au repos du corps et de l'esprit justifie tous les reports, toutes les désertions du monde. L'évasion recherchée avec les vacances se profilant maintenant à l'horizon ne pouvait se résumer à un éloignement géographique. Après avoir résolu certains problèmes (la méthode coué est ici d’application), la mise à distance de désagréments futurs inévitables s'est imposée comme une urgence non négociable. Il fallait laisser au temps soudain reconquis le soin de régénérer les batteries, de créer un espace de liberté... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 13:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 août 2006

Cet arabe qui t'excite

Après d’ardents regards échangés, il m'attire sur la piste d'un geste décidé, plonge une main dans mon jeans, il a clairement l'intention de me baiser. Plus prompt généralement à mesurer la mutation érectile des émois suscités, le partenaire séducteur n'a cette fois d'égard que pour sa face opposée, si peu habituée à se voir ainsi honorée. Quand à mon tour je tente de me positionner à sa suite, il oppose d’emblée une fin de non-recevoir à mon invite. Chasse gardée pour préserver son honneur mâle, dans une sexualité où le terme anal se... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 mai 2006

Nezz (4/4)

Les jours passent sous le règne de l’option du silence. Nezz n’apparaît plus sur Internet. Je me sens blessé au plus profond de ma chair. Jamais je ne pensais pouvoir éprouver ce type de sentiment en dehors de l’amour pour L. Je culpabilise également. Nous lui avons trop donné : notre temps, notre corps, notre mental, notre cœur, des pulls que nous ne mettions plus et une image idyllique en miroir dont le reflet révèle seulement sa solitude une fois le trajet du retour accompli. L’espoir de transmission pour faire sens à ma vie... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 20:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
14 mai 2006

Nezz (3/4)

Le week-end suivant, l’atmosphère de félicité semble nous avoir abandonné. Le progressif désintéressement de L. vis-à-vis de cette relation en surligné pèse sans doute sur mon jugement. Une crainte a dû faire jour au fonds de lui devant le sentiment conscient ou non de la rivalité représentée par Nezz, cet être qui m’offre ce que lui n’est pas en mesurer de me fournir. Je le constate plus distant à son contact, moins impliqué. Il a mûri cet éloignement et m’adresse de biais un message d’irrévocabilité. Si je m’accroche encore aux... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 22:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
05 mai 2006

Nezz (2/4)

Le lendemain matin, je reconduis Nezz à la gare avant de rejoindre mon travail. Son image plane sur la moindre de mes initiatives de la journée. L’empreinte sexuelle s’impose assez logiquement mais c’est cette fois l’ampleur qui me trouble. Ce week-end ne s’est pas déroulé de façon banale, il s’est assurément passé quelque chose. Je dois coucher sur papier ces idées, cet émoi. Le soir, j’en confie le brouillon à L. pour exorciser les craintes. D’abord celle d’une menace pour l’équilibre de notre couple. Ensuite celle de l’échec que... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:01 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
03 mai 2006

Nezz (1/4)

Un samedi soir, début mai 2004. Je rentre d'une de mes premières sorties depuis mon séjour hospitalier de fin février aux stigmates intérieurs encore bien prégnants (http://morrissey.canalblog.com/archives/2004/12/29/980751.html). Je m’efforce de retrouver mes repères biologiques aux petites heures du matin. 3.00, une heure fort raisonnable mais encore impossible à imaginer quelques jours plus tôt. Une première victoire dans ma lutte pour dompter cette apathie persistante. La soirée, agréable, s'oubliera vite mais mon retour... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
28 avril 2006

Un printemps suspendu

Printemps, saison du bonheur. Chacun retrouve goût aux ballades citadines, les garçons ont rangé vestes et gros pulls pour dévoiler leurs muscles saillants sous un T-shirt coloré, les filles retrouvent l'aplomb de se promener en jupe légère. Les désirs circulent dans une furia post-hivernale, les sentiments amoureux (ou leur impression) affleurent au premier émoi. Au milieu du guet, j'écoute, lis, observe, m’amuse et reste à l'affût des opportunités sans encore participer vraiment à la valse des corps en partage. Je me souviens d'... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 21:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 mars 2006

Misère misère

Dimanche  La période actuelle me laisse peu de place pour l'écriture et les réflexions approfondies. Ainsi va la vie dans ses tourments, ses torrents d'inflexions.Je m'abstiens d'alimenter mon blog de billets inutiles ou d'articles ébauchés par le passé mais dont l'idée ne correspond pas à mon état d'esprit du moment (une corrélation me semble nécessaire).Mes temps libres ne sont consacrés à rien de bien créatif: délassement (toujours le foot), projet de salle de bain enfin entré dans une phase de concrétisation, préparation... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:52 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 avril 2005

Blonds, bruns, noirs, roux,…

Une connaissance m’expliquait récemment que son style de mecs semble s’être brusquement modifié et cela l’étonnait.Se poser la question, c’est chercher une explication à un des plus grands mystères humains : la formation des désirs dans l’inconscient humain.Personnellement, je dis spontanément rester froid aux charmes des blonds car je les associe sans doute à une image de moi-même et un certain passé. Mais en fait, à y regarder de plus près, je ne fuis qu’une catégorie de blonds. Et au bout du compte, je me retourne presque autant... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2005

Comble de la virtualité

Il y a trois ans de cela, vous avez chatté avec un gars pas trop mal et assez motivé sexuellement. Mais ses photos étant trop peu claires, vous hésitez, le net vous a en effet parfois déçu. Votre doute est tel que le contact s’effiloche pour enfin disparaître. Le côté persistant de ses messages aguicheurs a même fini par vous paraître suspect.Depuis trois ans, vous apercevez dans différents endroits, parfois accompagné de gens parmi vos vagues connaissances, un mec sexy et plutôt bien fait (le sauna ça aide…). Pourtant jamais de... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]