06 février 2008

Une vie antérieure part 19 : « Une déclaration »

J’aurais pu fuir, nier, m’indigner, j’ai juste failli pleurer. Je ne pouvais y échapper. Je lui fais penser à son meilleur ami, ce n’est donc pas si grave. J’ai cherché du réconfort dans ses yeux pour apaiser mes craintes face au monde inconnu qui devrait tôt ou tard s’ouvrir à moi.  Samedi soir, milieu de la nuit. Je déambule dans les rues surpeuplées de ma ville de province, les traditionnelles fêtes de Wallonie battent leur plein. Je parcours divers endroits en compagnie de mes... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 janvier 2008

Une vie antérieure part 18 : « L'homme qui en savait trop »

Après 13 ans de bons et loyaux services au tourisme du village, mes parents se sont enfin décidés à quitter leur Paradou pour une autre destination de vacances ensoleillée. Instigateurs de ce changement, ma sœur et moi avions posé un seul mot d’ordre quant au nouveau lieu : nous rapprocher de la mer. Desiderata rencontré par le choix d’une station balnéaire proche de Narbonne. Un endroit familial un peu plus animé que la monotone Provence mais où la jeunesse estivale privilégie encore les jupons de leur mère à ceux... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 23:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2008

Une vie antérieure part 17 : "comme un interdit"

  Me voici parvenu en avant-dernière année d’économie. Désormais, les étudiants se connaissent tous, sans pour autant verser dans une amitié systématique, bien au contraire. Même si de manière un peu surprenante je ne ressens pas trop un sentiment carriériste chez les autres, je ne parviens pas à déceler une sensibilité qui m’en rapproche. J’imagine que des études artistiques ou en sciences sociales m’auraient davantage mis en contact avec des personnalités susceptibles de rejoindre mes envies d’évasion, dans des ... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 décembre 2007

Une vie antérieure part 16 : « J’attendrai »

Si le recul pris vis-à-vis du basket m’autorise de nouvelles opportunités, il me tient à distance des défis que constituait la compétition. Le bonheur simple des rencontres amicales s’accompagne d’un marasme de tranquillité encore plus profond. L’étincelle devait jaillir d’un événement plus inattendu, d’une irruption soudaine qui ne me laisserait pas indifférent.  Lors de l’un de nos matches à domicile, plusieurs défections se sont succédé durant la semaine nous obligeant à faire appel à quelques joueurs... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2007

Une vie antérieure part 15 : "There is a light that never goes out"

Le poignet fracturé après un accident de circulation (cfr. épisode 14) ne pouvait pas rester sans le moindre effet sur l’orientation de mon parcours au demeurant bien incertain. Il infléchit définitivement mon rapport au basket. Le sort s’est acharné sur moi depuis deux saisons et cette absence loin des terrains n’a pas créé de manque, elle me soulage presque. Elle m'épargne la lutte intense pour s'imposer au sein de l'équipe dans un climat de concurrence rarement aussi aiguisé où les grandes gueules profitent de la bonté... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 janvier 2007

Une vie antérieure part 14 : « I just don’t know what to do with myself »

Premier de classe, leader dans sa discipline sportive, jolie petite tête blonde, je disposais de tous les atouts en main pour suivre la voie royale du bonheur. Que s‘est-il donc passé dans cette vie où tout semblait me sourire ? Pourquoi la trajectoire toute tracée s’est-elle morcelée en cours de route ? Pourquoi les panneaux directionnels se sont-ils soudain brouillés au point ne plus pouvoir me guider ? Quelles explications parviennent à émerger évasivement dans le rétroviseur de l’enfance ? La timidité qui m’a... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 00:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 novembre 2006

Une vie antérieure part 13 : "Tu veux ou tu veux pas?"

En ce mois d’août, la rentrée est d’abord sportive et de courte durée. Notre reprise s’effectue lors d’un tournoi organisé en plein air. Le jeu a démarré depuis à peine 5 minutes. Je veux éviter un adversaire qui se décale maladroitement m’obligeant à effectuer une pirouette en déséquilibre. Je retombe durement sur mon genou qui ne peut supporter le choc. Douleur et gonflement (ce n’est pas du Amélie Nothomb, je vous (r)assure). Transporté à la clinique, l’interne de service diagnostique une entorse et en minimise... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 octobre 2006

Une vie antérieure part 12 : "Ghost world"

Finir ses secondaires, c’est abandonner la relation proche, locale pour entrer inéluctablement dans un univers plus froid, impersonnel, voire hostile.Ma rétho se termine non sans un certain pincement en cœur. Je ponctue l’année avec l’une des trois meilleures notes, toutes classes confondues. Un résultat qui me surprend autant qu’il me comble. Ma prof de français (…) tient à m’embrasser pour me féliciter, confiant au passage que j’incarne à ses yeux le fils ou gendre idéal. Cette remarque m’étonne tellement de sa part, je suis si... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 20:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
10 octobre 2006

Une vie antérieure part 11 : "Last night I dreamt..."

17 ans. Dernière année d’études secondaires, dénommée rhétorique (« rhéto ») en Belgique, nous voici les plus âgés de l’établissement. Les couloirs bruissent d’évocations de vacances tandis que je sors progressivement de ma torpeur. Cette rentrée s’apparente à une épreuve physique pour moi. Elle signifie se lever tôt pour se rendre aux cours et ce simple réveil se révèle d’une pénibilité extrême même si je me sens plutôt heureux de revoir mes copains de classe et de rompre l’isolement dans lequel l’été m’a confiné. L’emprise de la... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 avril 2006

Une Vie antérieure part 10 : "le Sud"

Pour fuir la grisaille et la pluviosité de notre plat pays, bon nombre de compatriotes tentent de lui substituer un climat plus méditerranéen. Le sud de la France représente à ce titre une destination familiale privilégiée de par sa proximité géographique et culturelle et l'assurance d'un soleil fringuant.Mes parents n’ayant jamais affectionné l'art de la pirouette, nous prîmes nos quartiers pendant 13 mois au sein d’un petit village provençal, situé entre Arles et les Beaux de Provence et joliment dénommé Paradou. Un souci de... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:41 - - Commentaires [7] - Permalien [#]