14 août 2007

Etain, rien d'éteint

C'est l'honneur des chiffres ronds ou peut-être ici de l'apparition du double chiffre. 10 ans. Un tiers de ma vie grosso modo, celle qui compte.  Un sentiment de fierté lié au chemin parcouru et à la réussite sociale (à portée illustrative?) germe peut-être dans mes pensées mais l'envie de contourner les sillages de la normalité me taraude. 10 ans d'une intimité réduite symboliquement à nos deux êtres mais qui exploserait dans son confinement intrinsèque. Nos rêves, nos désirs débordent constamment la surface... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 22:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 mars 2007

Célibat ou le coeur bat

Il s’agit peut-être d’une impression prématurée mais j’ai éprouvé, récemment et pour la première fois, le sentiment de m’être affranchi d’une certaine dépendance vis-à-vis de la vie à deux. Une forme d’émancipation personnelle, d’autonomisation qui modifie de facto mon rapport au couple et ouvre la voie à des choix sans doute plus purs, plus authentiques. Cette perception nouvelle ne signifie pas pour autant que j’ai intégré la dimension émotionnelle de la vie de célibataire. La semaine dernière, L. à l’étranger pour... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 mars 2007

Une simple mélodie

Si je te paraphrasais, je dirais qu’il s’agit d’une mauvaise passe. J’utiliserais plutôt le terme de tensions de mon côté.Je comprends ton désarroi, tu n’as rien vu venir et tout ce qui se passe émane de ma propre initiative. Je ne reconnais aucune faute ni à l’un, ni à l’autre. Je porte juste un constat. Nous savons d’ailleurs que la vie à deux est un exercice permanent de questionnement sur le bien-fondé de cette union et sur la forme qu’elle doit adopter. Pour tenter de se comprendre, nous cherchons ces... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 février 2007

Personne n'est parfait

Si l'émotion traverse nos vies, que devons-nous faire de son trop-plein ? Il arrive à certains moments de se laisser absorber par une fragilité intérieure, dans une période que l’on pourrait qualifier de mélancolique où affleurent les sentiments les plus divers dans une exacerbation radicale. Décentré de son équilibre émotionnel, on y expose son cœur à vif et cette anarchie affective peut provoquer des remous qu’il n’apparaît plus possible de maîtriser. N’est-il pas préférable de vivre cet état seul, en arrachant les... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 septembre 2006

Impression post-vacances (fin enfin!)

Comment organiser la vie à deux après des vacances à Ibiza? Cette question, posée de l'extérieur, ne s'est pas réellement imposée en interne. Non par manque d'à-propos (bien au contraire), mais l'expérience accumulée au fil des années préserve des interrogations inquiètes et place toute sa confiance au processus souterrain mis en place naturellement au sein du couple. Sans doute plus qu'ailleurs (mais à l'exception des voyages romantiques, n'est-ce finalement pas le cas de beaucoup de destinations de vacances en couple ?),... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 janvier 2006

Un vendredi hivernal

Un vendredi froid et triste comme seuls peuvent nous le réserver janvier et février. Ce soir, L. se rendra à la fête de nouvel an de son employeur. Sa présence en fin d’après-midi perturbe mes prédispositions anticipatives : mon esprit s’est déjà préparé à une soirée solitaire. A peine m’a-t-il rejoint dans la voiture qu’il s’engueule avec un flic, évitant de peu une contravention. Le calme escompté vire à l’aigreur d’estomac. Il veut parler boulot, je souhaite me contenter d’un silence assisté.  Un soupçon de conflit larvé... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 00:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 décembre 2005

Noël : Acte 3

Depuis quelques jours, à l'approche des fêtes et de ses traditionnels présents, je me suis progressivement habitué à admettre cette vérité : cette année sera consacrée moins au bonheur de recevoir des cadeaux qu'à celui d’en donner. Point de subite révélation mystico-catho, juste une simple envie altruiste dans le prolongement de mon état d’esprit actuel. Le cadeau commun de mes parents que j’ai proposé plaira davantage à L. et celui venant de ma part à son attention sera plus conséquent qu’habituellement: je lui offre une bonne... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 23:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 août 2005

Coquelicot

Quiétude. Un mot auquel j’aspirais depuis quelques temps et dont j'ai enfin pu mesurer la portée depuis jeudi soir. Un usage sans doute momentané mais après tant d’angoisse, il me convient. Un peu d’inertie, un certain sens du retrait que j'emprunte avec une légèreté tellement bienvenue. Puisqu’il faut tout de même s’armer de projets pour vivre, nous nous sommes attelés ce week-end à l’amorce de travaux domestiques. En planning depuis quelques mois, ils n’avaient pas connu de véritable avancée. Le timing paraissait enfin opportun pour... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 09:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 juillet 2005

Eternal sunshine?

Juillet, mois des vacances. Trop peu pour moi. Les collègues avec enfants sont absents, me laissant pour l’occasion leur part de travail. Il va de soi dès lors que le boulot accapare énormément de mon temps en ce moment. Je lance donc un appel pour l’année prochaine : personne ne peut me prêter un gosse pour l’été que j’ai de bonnes raisons de partir moi aussi ? Ou un gamin à adopter. Bon de ce côté, d’autres raisons me poussent à y voir un intérêt. Le débat en vigueur en Belgique a tendance à me rendre assez nerveux devant les... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 09:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2005

Conversation d’un soir de traffic

O: Tu ne me témoignes jamais d’intérêt : savoir comment ma journée s’est passée,… G : Tu sais, le boulot…O : Tu n’as jamais un petit geste, une caresse…G : (silence) Tu as raison. Ces gestes sont devenus étrangers chez moi. Avec notre continuelle relation de pouvoir.O : Pourtant avec N., tu l’exprimais cette tendresse.G : Lui, il se livrait totalement, sans arrière-pensée. Un tel geste n’était pour lui ni concession, ni faiblesse. Juste un partage, un échange où seul compte l'instant. Pas un enjeu comme avec toi.O: Tu cherches à te... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]