13 mars 2007

Célibat ou le coeur bat

Il s’agit peut-être d’une impression prématurée mais j’ai éprouvé, récemment et pour la première fois, le sentiment de m’être affranchi d’une certaine dépendance vis-à-vis de la vie à deux. Une forme d’émancipation personnelle, d’autonomisation qui modifie de facto mon rapport au couple et ouvre la voie à des choix sans doute plus purs, plus authentiques. Cette perception nouvelle ne signifie pas pour autant que j’ai intégré la dimension émotionnelle de la vie de célibataire. La semaine dernière, L. à l’étranger pour... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 mars 2007

Une simple mélodie

Si je te paraphrasais, je dirais qu’il s’agit d’une mauvaise passe. J’utiliserais plutôt le terme de tensions de mon côté.Je comprends ton désarroi, tu n’as rien vu venir et tout ce qui se passe émane de ma propre initiative. Je ne reconnais aucune faute ni à l’un, ni à l’autre. Je porte juste un constat. Nous savons d’ailleurs que la vie à deux est un exercice permanent de questionnement sur le bien-fondé de cette union et sur la forme qu’elle doit adopter. Pour tenter de se comprendre, nous cherchons ces... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 février 2007

Billet de février

John Amaechi. Le nom ne vous dit peut-être rien mais ce solide gaillard de plus de 2 mètres vient de faire parler de lui aux Etats-Unis sans doute comme jamais durant sa vie professionnelle. Ce basketteur anglais qui a pris sa retraite en 2003 après avoir foulé durant de nombreuses années les parquets professionnels américains vient de révéler son homosexualité dans un livre. Une première dans le monde machiste de la NBA. A une notable exception près, les réactions se sont révélées le plus souvent positives de la part de ... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2007

Une autre peau, une autre vie

S'il existe une période de l'année qui questionne plus frontalement notre rapport au corps, il s'agit sans aucun doute des vacances au soleil - pour ceux qui y succombent. Au propre comme au figuré, celles-ci induisent un changement de peau. La nudité partielle (voire totale) exposée à la plage nous invite en effet à porter une attention spécifique à l’entretien préalable de notre corps "prêt-à-bronzer" (et par corollaire à notre alimentation). Dans le prolongement, le jeu des apparences en vigueur devant ou... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 février 2007

Personne n'est parfait

Si l'émotion traverse nos vies, que devons-nous faire de son trop-plein ? Il arrive à certains moments de se laisser absorber par une fragilité intérieure, dans une période que l’on pourrait qualifier de mélancolique où affleurent les sentiments les plus divers dans une exacerbation radicale. Décentré de son équilibre émotionnel, on y expose son cœur à vif et cette anarchie affective peut provoquer des remous qu’il n’apparaît plus possible de maîtriser. N’est-il pas préférable de vivre cet état seul, en arrachant les... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 février 2007

Un souffle de vie

L'aspiration au repos du corps et de l'esprit justifie tous les reports, toutes les désertions du monde. L'évasion recherchée avec les vacances se profilant maintenant à l'horizon ne pouvait se résumer à un éloignement géographique. Après avoir résolu certains problèmes (la méthode coué est ici d’application), la mise à distance de désagréments futurs inévitables s'est imposée comme une urgence non négociable. Il fallait laisser au temps soudain reconquis le soin de régénérer les batteries, de créer un espace de liberté... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 13:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 janvier 2007

Billet de janvier

Janvier, mois de la déprime. Une vision subjective qu'ont confirmé des scientifiques britanniques pointant le lundi 22 comme journée la plus déprimante avec une prolongation lors des autres jours de cette semaine. Bonne nouvelle, le pire est donc derrière nous. Pour réanimer le swing des pensées positives, je m'attarde bien volontiers sur le magnétique Wentworth Miller, héros de la série Prison Break, que l'ami des stars hollywoodiennes, Perez Hilton, a tenté de outer, sans succès d'ailleurs. Non sans laisser un... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 23:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2007

Le bonheur total ou rien

La transition entre les textes s’impose parfois d’elle-même (même que je m'en passerais volontiers aujourd'hui). Si bien du chemin a été parcouru depuis cette adolescence bancale (cfr. précédent article), une vision pessimiste semble devoir privilégier, à certains moments, une forme de continuité malheureuse. Des problèmes dermatologiques, des douleurs d’ordre cervical et dorsal paraissaient déjà agrémenter suffisamment la rubrique de mes contrariétés quotidiennes avant que les ennuis dentaires n’amorcent leur grand retour, en droite... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2007

Une vie antérieure part 14 : « I just don’t know what to do with myself »

Premier de classe, leader dans sa discipline sportive, jolie petite tête blonde, je disposais de tous les atouts en main pour suivre la voie royale du bonheur. Que s‘est-il donc passé dans cette vie où tout semblait me sourire ? Pourquoi la trajectoire toute tracée s’est-elle morcelée en cours de route ? Pourquoi les panneaux directionnels se sont-ils soudain brouillés au point ne plus pouvoir me guider ? Quelles explications parviennent à émerger évasivement dans le rétroviseur de l’enfance ? La timidité qui m’a... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 00:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 janvier 2007

L’écho interrompu

Il marchait mécaniquement en tête du cortège, les yeux rivés sur ses chaussures inappropriées pour affronter la rudesse soudaine de l’hiver. La neige avait recouvert les allées de ce labyrinthe dont les dédales convergeaient indéfectiblement vers le néant absolu. Ses pas s’inscrivaient dans une barbe-à-papa ocre; il pouvait deviner la glace sous ses pieds. Ces associations de mots lui renvoyaient l’image des jours délicieux où il l’emmenait à la kermesse de la foire du midi, remplissant au mieux ce rôle de père qu’il ne pouvait... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 20:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]