03 août 2006

La solitude, ça n'existe pas

La scène remonte à 6 mois à peine. Accoudé sur la table de sa cuisine, j'enregistre les souvenirs de ma grand-mère retraçant son histoire familiale. Sa mémoire vive lui permet d'énumérer avec moult détails différents épisodes d'une période couvrant plus de 80 années. L'idée avait surgi un jour de l'interroger afin de pouvoir rédiger ultérieurement une série d'articles axés sur ma famille.L'âge avancé de ma grand-mère m'avait incité à ne pas trop traîner. Les informations périssent avec le temps. Le bien-fondé de cette initiative s’est... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 17:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
31 juillet 2006

Derniers rayons caniculaires

Un vent rafraîchissant souffle sur les visages soumis à l’emprise du soleil incandescent. La côte belge ne connaît pas l'aridité de la canicule qui sévit ailleurs dans le pays ou par delà. Allongé sur le sable chaud et fin de cette aire de plage peu fréquentée, j’observe mon jeune voisin. Il s’est assis à mes côtés après de brèves paroles échangées entre deux vagues d’une mer accueillante. D’une platitude presque inquiétante quelques minutes auparavant, son maillot de bain s’est rempli d’une forme oblongue plus généreuse. En éveil... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 18:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
26 juillet 2006

Un écran total de liberté

Le soleil encore et toujours. Sa présence interminable bouscule le quotidien. Le cadeau de sa présence n'impose pour seule réponse que sa fréquentation assidue, accointance de circonstance que doivent ignorer les peuples méditerranéens choyés par l'abondance de sa luminosité généreuse. La valeur de rareté que nous lui accordons dans nos régions (difficile, le fameux décrochage du rythme solaire) nous détourne sans cesse du repos toute lumière baissée, propice à une séance de lecture ou au visionnage d'un film. Son appel irrésistible... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 20:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
19 juillet 2006

Soleil noir

Il flotte un parfum d'odeurs rances, de mélanomes rampants sous cette chaleur aride. Devant moi, des rangées de rails de trams à installer stationnent lourdement devant le bâtiment. Les avions entreprennent leur descente sur Zaventem en survolant le centre-ville. L'un d'entre eux approche à très basse altitude dans un frisson plus proche d'une ébauche d'apocalypse que d'un ventilateur géant.Les fenêtres restent fermées, protégées par les rideaux qui font office de volets de fortune. Nos vieux se déshydratent, lundi de... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 23:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 juillet 2006

Un week-end à Bruxelles

Après le temps des vacances,  mes temps libres futurs se résumeront sans doute à vivoter au sein de Bruxelles l’estivale. S'y promener le jour, la nuit, prendre possession de son territoire. Le centre m’a déjà conquis depuis belle lurette, je prends toujours autant de plaisir à y déambuler, spécialement vers les 2, 3, 4 heures du matin, en âme perdue forcément libre.Le temps superbe du week-end dernier présentait une excellente opportunité d’immersion.  Ce samedi soir, nous avons rejoint l’un des lieux sûrs de la nuit... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 21:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 juillet 2006

Vacances en France (3)

Ces vacances en France devaient représenter le moment, le lieu d'une première approche majeure avec mon nouvel appareil-photo. Au final, force est d'avouer qu'elles furent plutôt marquées par une non-rencontre entre l'objectif et sa matière. En mal d'inspiration, j'aurais sans doute idéalement dû débuter mes vacances par mon passage en Arles (et son célèbre rendez-vous photo) pour m'immerger dans une réflexion sur les sujets à approfondir à l'occasion de ces deux semaines de temps libres. Evidemment, je me suis souvent fait la... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 21:33 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 juillet 2006

Vacances en France (2)

Malgré les écueils déjà rencontrés, l'expérience entreprise au cours de ces vacances, ce réinvestissement partiel des territoires du passé, devait être menée à son terme.  Avant notre départ vers St-Pierre-La–Mer (pas loin de Narbonne) pour rejoindre mes parents, je m'imposai un détour par Paradou (http://morrissey.canalblog.com/archives/2006/04/20/1736375.html). J'avais parcouru le trajet intérieurement à maintes reprises ces dernières semaines. L’insondable trace du temps n’avait pas altéré dans ma mémoire les lacets,... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 juillet 2006

Vacances en France (sous un air déjà connu)

Le programme a été concocté il y a quelques mois, à la configuration plutôt familiale : après quelques jours seuls à Cannes (dans l’appart de mes beaux-parents), nous prendrons la direction de leur nouvelle résidence près de Gordes avant de rejoindre Narbonne où mes parents passent leur vacances. Je me réjouis de me retrouver à Cannes. J’ai fini par m’habituer à ce lieu de villégiature qui ne me correspond guère a priori. Son temps splendide, sa piscine, la proximité de la mer ont effacé... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 15:13 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
23 juin 2006

La vie, le foot et l’orgasme

Peut-on se contenter d'être spectateur du monde qui nous entoure?Quelles actions témoignent d'une prise en main de notre existence, de notre production à un but donnant sens?  Ces derniers temps, pour reposer mon esprit aux idées trop sombres, je me suis replié dans un confortable attentisme quant à mes loisirs: me tenir prêt à l'heure du match de tennis ou de football à la télévision, surfer ça et là sur internet, prendre le soleil. Je n'attribue pas une égale pondération à toutes les tâches entreprises, je n’en retire pas le... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 20:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 juin 2006

Au crépuscule d'une histoire

L’allure nonchalante, je marche tranquillement dans la rue en direction de la maison que L. est déjà sur le point de rejoindre. Le silence, tout relatif en ville, produit une quiétude souveraine au milieu de cette nuit sans nuage. La douceur ambiante inhabituelle ranime le souvenir de longues soirées de sortie estivales et les retours au petit matin. Fatigué, je m’abandonne à des pas mécaniques. Dans moins de cent mètres, je plongerai dans mon lit. Une voix m’interpelle soudain. Gilles, Gilles. Je reconnais immédiatement cette... [Lire la suite]
Posté par Morrissey à 19:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]